Cinque Terre

En environs 5 milles de cote un trésor inestimable est renfermé.
Les cinq petits villages qui forment le territoire des Cinq Terres, entre les deux promontoires de Punta Mesco
et Punta Montenero sont un des parcs nationaux italiens plus connus et appréciés.
Pour beaucoup d’années isolées des grands flux touristiques pour la difficulté dans le routes de communications,
encore aujourd'hui comme hier elles peuvent être atteint plus facilement en train ou en bateau que en voiture.
Ma la vraie nature de ces lieux, devenus en 1997 Patrimoine de l’Humanité,
on la découvre en marchant à travers le réseau se sentier qui relie les villages.

Riomaggiore

Bâtie sur le cours du torrent Rio Maior, couvert aujourd’hui, Riomaggiore occupe l’espace laissé
par les falaises à pic sur la mer avec deux rangs de maisons colorées serrées autour du petit quai.
En venant de a mer, on ne peut la voir qu’à la dernière minute, et ça nous rappelle l’époque lorsque
ces côtes étaient battues par les pirates, et la visibilité pouvait être un risque pour les habitants.

Les maisons forment un paysage très particulier, bien de fois représentées
par le peintre Telemaco Signorini, qui séjournait souvent dans le village.


Manarola

Fondée par les habitants de la voisine Volastra, Manarola tire son nom de Manium Arula,
un temple dédié aux âmes des défunts qui fut érigé ici par les Romains.
Sa structure, avec les maisons rassemblées sur l’éperon de la roche,
en défiant la force de gravité, la rend très suggestive.
Equipée avec un très petit port exposé au vents, pendant les orages les bateaux
sont portés le long des rues, en créant un paysage coloré et très suggestif.
À visiter l’église dédiée a la Nativité de Marie (connue aussi avec le nom de San Lorenzo), qui date du 14ème Siècle.
Manarola a été connue aussi dans les dernières années
pour une crèche lumineuse bâtie sur la colline devant du village.
Il s’agit de plus de 300 personnages fait par armatures en fer et milliers d’ampoules.


Corniglia

Bâti sur une terrasse rocheuse de 100 mètre de haut, Corniglia est la seule des villages des Cinq Terres pas sur la mer.
De la gare, situé au niveau de la mer, pour rejoindre le village on peut parcourir un raide escalier
de 377 marches, appelée « «Lardarina », ou utiliser un des bus mis à disposition par le Parc National des Cinq Terres.
Avec une vocation plus rurale que maritime, Corniglia est connue dès l’antiquité pour la production de vin.
Son ancien nom, Cornelia, a été retrouvé sur des amphores provenant des fouilles de Pompéi.
L’église de San Pietro, sur la rosace de laquelle il y a l’image d’un cerf,
l’emblème du village, est une église gotique qui remonte du 13ème siècle.
Près d’elle il y a un bâtiment avec des arches gotique e pierre noire,
qui la tradition identifie avec l’ancien relais de poste de la Famille Fieschi, les anciens seigneurs de la zone.

Vernazza

Le seul port de Cinq Terre, Vernazza compte des origines très anciennes.
D’ici les bateaux romains chargés du fameux vin, qui encore aujourd’hui
est une ressource de la zone, partaient pour rejoindre l’empire entier.
Gênes se servait de la petite crique de son port pour réparer ses bateaux,
et équipé le village d’une structure de défense, de laquelle la Tour Doria,
aujourd’hui un point panoramique très intéressant, et les restes du château,
sont les seuls qui on peut encore voir.
Le village est bâti le long du torrent Vernazzola,
couvert aujourd’hui, traversé par petites ruelles et escaliers.
L’église de Vernazza, dédiée à Santa Margherita di Antiochia,
est considérée la plus belle des Cinq Terres.
Bâtie en 1318, avec un clocher octogonal très particulier, paraît émerger directement de la mer.


Monterosso

Disposée sur deux baies, Monterosso est la plus «touristique» des Cinq Terres.
Grâce à son territoire, moins rêche que dans les autres villages,
la petite ville compte un bon nombre de structures d’accueil et une plage de sable.
Fondée dans le 9ème siècle par les habitants d’Albareto, la ville de l’arrière pays détruite par les Lombards,
Monterosso tire son nom probablement de l’indication topographique «Mont du Roux »,
pour le couleur des cheveux des premiers seigneurs de la zone, les Marquis Obertenghi.
Dès au Moyen Age le village a été sous l’influence de la République de Gênes,
et ça est démontré par les nombreux monuments bâtis par les hommes de la République,
comme la tour Aurora et l’église de San Giovanni Battista, terminée en 1307,
avec son rosace en marbre et la façade blanche et noire en style gothique.
Au sommet de la colline que divise les deux parties du village, Monterosso et Fegina,
le couvent des Capucins se dresse, et il vaut la peine de s’arrêter pour admirer la statue de Neptune
(ici appelée « Le Géant »), qui remonte aux premières années du 20ème siècle,
et qui faisait partie d’une villa qui fut détruite.
Monterosso est aussi connue parce que le poète Prix Nobel Eugenio Montale séjournait ici pendant ces vacances.